Prix de vente d'un cyprès de Leyland ou x cupressocyparis leylandii

Prix TTC Mai 2019 - Juin 2019 au départ de la pépinière.
Hauteur 60/80 cm 80/100 cm 100/125 cm 125/150 cm 150/175 cm 175/200 cm 200/250 cm
Prix de vente 6 € 7 € 8 € 13 € 17 € Épuisé Épuisé

Histoire du cyprès de Leyland ou x cupressocyparis leylandii

Souvent appelé x Cupressocyparis leylandii avec comme nom commun "Cyprès de leyland", son nom officiel botanique est x Cuprocyparis leylandii. Ce nom officiel est en 0oujours en discussion.

Croisement de deux cyprès : Lambert et Nootka

L'origine du leylandii est un croisement entre deux conifères provenant des états d'Amérique. Ces conifères sont le cyprès le cyprès de Lambert ou cyprès de Monterey (Cupressus macrocarpa) et le Le cyprès de Nootka ou cyprès de Nutka ou faux-cyprès de Nootka(Cupressus nootkatensis).

Cyprès de Lambert

Originaire de Californie près de Monterey et de Carmel, c'est un conifère de grande taille. Son feuillage est dense et la couleur est vert brillant. Poussant à l'état naturel dans un environnement frais, il a une croissance très rapide dans un environnement océanique doux. Il n'a pas une très bonne rusticité face au froid ou à une chaleur excessive. étant un des parents du cyprès de leyland, Il a donné au leyland sa vitesse de croissance.

cyprès de lambert

Cyprès de Nootka

Originaire de l'Amérique du Nord dans l'ouest, il fut découvert en 1793 près de Vancouver à l'île de Nootka. Son nom est issu du lieu de sa découverte et il peut se décliner en cyprès de Nutka, faux-cyprès de Nootka, cèdre jaune, cèdre jaune de l'Alaska ou cyprès de l'Alaska. Poussant naturellement dans un climat frais et humide. Sa croissance est très lente et permet d'obtenir un bois très résistant. C'est un conifère qui peut se plaire sur des sols très pauvres. Cette grande résistance et rusticité a été transmise au leylandii.

cyprès de Nootka

L'histoire du Leyland

Des passionnés de plantes ont apporté les deux espèces de conifères (Lambert et Nootka) en Grande - Bretagne et en Irlande au 19 ème siècle. C'est deux espèces ne pouvant se rencontrer en Amérique, l'hybridation s'est faite en Europe.

Originaire de Grande-Bretagne

Christopher John Naylor, un des plus riches industriel de Grande Bretagne, avait une propriété appelée Leighton Hall près de Whelshpool au Pays de Galles. Voulant aménager le parc de ce domaine avec des arbres du monde entier, il a demandé en 1850 à  Edward Kemp, un architecte paysager de l'ère victorienne, de le créer. Dans son aménagement, Kemp installa plusieurs espèces et notamment un cyprès de Nootka et un cyprès de Lambert sur la propriété.

Ces deux cupressus n'auraient jamais du se rencontrer dans la nature puisque leurs aires naturelles de développement sont espacées de millier de kilomètre.

En 1888, C.J. Naylor a pris des graines du cyprès de Nootka du domaine Leighton Hall et les a semées. Six des graines semées par C.J. Naylor étaient différentes des autres graines du cyprès de Nootka. Les six hybrides obtenus par semis était le fruit de la fécondation naturelle des cônes femelles du Nootka par le pollen du Lambert. Plutôt que de jeter les bizarreries, les six plants ont été séparés du reste des plants standards.

Ayant hérité en 1891 se son oncle Thomas Leyland d'un nouveau domaine appelé Haggerstone Castle dans le Northumberland, il s'installa en ce dernier. A Haggerstone Castle, il replanta ses six hybrides dans son jardin. En 1893, Il changea son nom en mémoire de son bienfaiteur (son oncle Thomas leyland) et de C.J. Naylor il deviendra C.J. Leyland. Ce changement de nom donna la dénomination au leylandii cupressocyparis. Les six plants ont supportés les nouvelles conditions climatiques comme le vent froid et iodé de la mer du nord. De plus, ils se sont développés très rapidement sous l'effet de la combinaison génétique de la croissance rapide du cyprès de Lambert avec la rusticité du cyprès de Nootka. C.J. leyland procéda à des boutures et commença à les disséminer au royaume uni dans des châteaux.

Après avoir hérité de Leighton Hall , le neveu de M. Leyland, le capitaine JM Naylor, a pris un cône d'un cyprès de Monterey à Leighton Hall pour en récupérer les graines. Deux des semis réalisés étaient différentes des autres. Ils ont été plantés à part sur une colline derrière Leighton Hall. C'est une hybridation inverse à celle de 1888.

Il existe donc deux variantes de leyland à l'origine. Les Leylands cultivés aujourd'hui sont tous produits à partir de boutures des plantes ci-dessus et sont donc génétiquement identique aux hybrides de Leighton Hall et de Haggerstone Hall. Par conséquent, ce sont des «clones» ou cultivars.

En 1925 , le feuillage de ces leylands a été envoyé à Kew, et les botanistes Bruce Jackson et William Dallimore ont classé et dénommé ces hybrides par "Cupressus x leylandii" dans le Kew  Bulletin  en Mars 1926. Dallimore et Jackson se sont déplacés jusqu'à Haggerstone afin d'obtenir des échantillons des six arbres en place pour classifier ces arbres. Ils ont réalisés des boutures plantées dans les jardins botaniques royaux de Kew. Ensuite ils les ont propagés vers  Bedgebury Pinetum dans le Kent et le Royal Botanic Garden d'Edimbourg.

C'est en 1930 que la célèbre pépinière Hillier de Winchester commença la commercialisation du cyprès de leyland.

Originaire d'Irlande

Cependant, il existe une polémique sur le berceau des leylands. il semblerait que le premier leyland soit arrivé en 1870 à Rostrevor dans le Comté de Down en Irlande du Nord. Cette origine n'est toutefois pas officiellement reconnue. Alan Mitchell, expert anglais des conifères pour la Commission des forêts au Royaume-Uni, a découvert que cet hybride a été donné à un jardinier qui l'a planté dans un jardin de Rostrevor. Des boutures de cet arbre ont été réalisées en 1908, malgré que ce leylandii fut endommagé par le vent. Mitchell a estimé la taille et l' âge de ce conifère de Rostrevor et a calculé en 1985 que le croisement hybride originel datait de 1870. Des boutures ont été réalisées en 1908 et plantés à Castlewellan en 1949.

Depuis le leyland a été classé dans les genres botaniques de x Cupressocyparis, x Cuprocyparis, Callitropsis et x Neocupropsis (Armitage, 2011).

Un autre cas d'hybridation naturelle est apparue en 1940 à Ferndown dans un jardin. Des graines d'un cyprès de Monterey ont été collectées et semées dans les pépinières de M. Barthelemy à Stapehill. Cependant, aucun cyprès de Nootka était présent aux alentours d'après les recherches de M. Barthelemy ou d'Alan Mitchell, des années plus tard.

De nombreuses tentatives ont été faites pour produire des hybrides par une pollinisation contrôlée entre le cyprès de Nootka et le cyprès de Monterey. Mais tous ces essais ont échoué.

- Pépinière - - Conseils - - Mise à jour :14/05/2019 - - Copyright : le Petit Pépiniériste -